• Coaching Gay

Gay et Hypersensible, un nouveau profil très particulier

Mis à jour : mai 1

On dit souvent que les gays sont des garçons sensibles, et c'est en partie vrai. Pourtant, il existe une autre catégorie de personnes encore plus sensibles qu'eux, ce sont les hypersensibles. Et les deux ensemble, ça donne quoi ? Est-ce que c'est possible ? Et quelles sont les conséquences ? Présentation d'un nouveau profil très particulier et encore très peu exploré.

Les hypersensibles représenteraient 15 à 20 % de la population. En France, on dit qu'il y aurait plus de 11 millions de personnes hypersensibles. On parle de plus en plus d'eux, et de nombreux regroupements ou associations leurs sont destinés ou consacrés, mais on parle rarement des gays hypersensibles et pourtant, ils existent... S'ils ne seraient que 10 % de 11 millions, ça fait déjà beaucoup de monde. Les gays hypersensibles présentent un profil vraiment particulier, absolument unique en son genre, et ils ont un parcours de vie très spécifique, avec des besoins encore plus pressants et exigeants.


Comment savoir si on est hypersensible ?


Les gays et les hypersensibles ont certains points en commun. Ils se perçoivent différents des autres dès l'enfance, se sentent rejetés par le monde qui les entoure et sont habités par une impression étrange, une sorte de conviction intime et profonde de devoir vivre autre chose. Tous deux peuvent se sentir attirés par un destin hors norme, par une voie plus artistique ou marginale, hors des sentiers battus. Mais cela s'arrête là. Dès son adolescence, un garçon gay comprend que sa différence vient de son désir et de sa sexualité, tandis qu'un garçon hypersensible prend une tout autre direction.


C'est la psychologue américaine Elaine Aron qui a été la première à définir plus précisément les contours d'une personne hypersensible. Il s'agit notamment de quelqu'un qui réagit différemment aux stimulus extérieurs, comme par exemple le bruit, la lumière ou les odeurs. C'est aussi quelqu'un qui pense beaucoup, qui s'avère très créatif et qui se préfère seul plutôt qu'entouré de nombreuses personnes. Les hypersensibles ont tendance à surréagir à leurs émotions, à se mettre en colère, à bouder, à fuir la violence ou à pleurer plus que les autres. Ils sont aussi très empathiques et altruistes.


Gay et hypersensible, c'est possible ?


Il n'existe pas encore de pourcentage officiel sur le nombre de cas mais il va de soi qu'un gay peut être aussi hypersensible et qu'un hypersensible peut être aussi gay. L'un n'empêche pas l'autre et ce n'est en rien incompatible. Au contraire, cela se superpose simplement, cela s'ajoute, se complète, comme les pièces d'un puzzle. Et cela peut aussi rendre certaines choses plus complexes ou difficiles. Mais dans les deux cas, il est bon de savoir qu'il ne s'agit nullement d'une maladie ni d'un trouble mental mais tout simplement d'un trait de la personnalité ou d'une caractéristique humaine.


Comme les gays et les hypersensibles ont certains points en communs, il peut être plus difficile pour un gay de se reconnaître comme hypersensible, car il pourrait avoir tendance à penser que c'est avant tout son orientation sexuelle qui le différencie des autres, que sa sensibilité vient de son statut de gay et que cela s'arrête là. Pourtant, dans le cas d'un hypersensible, la liste des différences et des particularités est beaucoup plus longue que celle d'un gay et n'a rien à voir avec la sexualité. Il s'agit uniquement de traits psychologiques et comportementaux.


Une double statut qui implique un double coming out


La psychologue Elaine Aron a mis au point un test sous la forme d'un simple questionnaire qui aide à savoir si on est hypersensible ou pas. Dans le cas d'un gay hypersensible, les conséquences sont nombreuses et il est important d'en prendre conscience le plus tôt possible et d'en tenir compte par la suite.


La première conséquence est qu'un homme gay hypersensible se retrouve confronté à la nécessité de faire en quelque sorte un double coming out, celui de gay et celui d'hypersensible, car les deux points ont ceci en commun qu'il s'agit de statuts marginaux qui placent l'individu d'une certaine manière en marge de la société. Ces deux statuts peuvent en effet susciter des sentiments de rejet ou d'incompréhension de la part d'autres personnes, notamment dans l'entourage immédiat du gay hypersensible, que ce soit au niveau privé, familial ou professionnel. D'autant plus que le statut d'hypersensible est loin d'être connu du grand public et qu'il ne représente qu'une petite partie de la population, exactement comme c'est le cas des gays.


Cette nécessité du double coming out représente indéniablement une double épreuve pour l'individu concerné, et cette démarche ne peut s'accomplir qu'au terme d'un long parcours personnel, qui peut être fatigant, complexe et semé d'embûches. Il faut d'abord assumer pour soi-même son statut de gay et son statut d'hypersensible, et une fois assumé à l'intérieur de soi, pouvoir l'extérioriser et en parler à autrui. Trouver les mots, le moment, l'énergie, la motivation. Certaines personnes peuvent se sentir découragé face à un tel parcours, avoir le sentiment d'une double peine, se demander pourquoi ça leur tombe dessus ou se sentir abattue d'avance à l'idée de devoir faire face à tant de différences. Le statut de gay hypersensible n'est donc pas à prendre à la légère et mérite une véritable attention. On parle ici d'un cheminement très particulier, assez exceptionnel, et qui ne peut se faire que par étapes, au cours d'un long processus de prise de conscience et d'acceptation.


Deux sensibilités cumulées, quelles sont les conséquences ?


Dans le cas d'un gay hypersensible, on parle alors d'une double sensibilité ou d'une sensibilité cumulée. Dans ce cas de figure, il est plus que probable que les caractéristiques d'un hypersensible, cumulées au statut de gay, provoquent de nombreux bouleversements dans la vie de l'individu concerné et que cela puisse le fragiliser tant au niveau social qu'émotionnel. L'équilibre intérieur, l'amour, le bonheur, la réussite professionnelle peuvent alors devenir des objectifs plus difficiles à atteindre.


Le double statut gay et hypersensible fait naître chez l'individu de nombreux questionnements et suscite obligatoirement des doutes et des angoisses, il peut même créer une certaine forme de malaise ou de réaction impulsive, totalement dévastatrice et incontrôlée. Un gay hypersensible ressent encore plus fortement que les autres les symptômes de son hypersensibilité. Le risque est alors de passer en mode surchauffe, que la sensibilité du gay et la sensibilité de l'hypersensible se fusionnent et se renforcent à l'extrême, jusqu'à ce que tout devienne trop intense, trop compliqué à gérer ou trop lourd à porter. Chez les personnes à tendance dépressive, les accro-dépendants, les profils bipolaires, les personnalités en souffrance ou en manque d'estime de soi, les possibilités de crise ou de rechute deviennent alors encore plus élevées.


De la nécessité de se faire accompagner


Comme il est dit précédemment, ni l'hypersensibilité, ni le fait d'être de gay ne sont des pathologies, il ne s'agit pas de maladies, il n'est donc pas nécessaire de consulter un médecin ou d'aller voir un psychologue, encore moins de se faire prescrire des médicaments. Ce serait une erreur de diagnostic. En revanche, comme les conséquences de la double sensibilité ou de la sensibilité cumulée peuvent provoquer une fragilité et une période de déstabilisation chez l'individu, il est recommandé de se faire accompagner pour traverser toutes les étapes du processus d'acceptation et atteindre rapidement un nouvel état de bien-être, de soulagement et d'équilibre, tant au plan personnel que social. Un coach de vie gay spécialisé au niveau émotionnel permet de découvrir des outils efficaces à utiliser en cas de doute, de malaise, d'angoisse ou de crise.


Voici quelques-uns des signes qui peuvent alarmer sur la nécessité de consulter quand on est gay et hypersensible :

  • tendance à ruminer constamment (se sentir prisonnier de ses pensées et de ses états d'âme)

  • tendance à l'apitoiement et à la victimisation (pourquoi moi ?)

  • impression d'être dans une impasse ou dans une situation sans issue (perte d'espoir)

  • tristesse constante, humeur dépressive sans raison apparente

  • sensation de rejet, d'incompréhension (se sentir trop différent des autres)

  • repli sur soi, isolement, marginalisation, peur en société ou en groupe

  • impression d'être à l'étroit dans son statut de gay hypersensible (étouffement, suffocation)

  • impression de tourner en rond, de répéter toujours les mêmes erreurs, les mêmes échecs (impuissance)

  • refuge dans les pleurs pour un oui ou pour un non, fuite de la réalité

  • recours excessif aux stupéfiants et aux excitants, dépendance, addiction

  • impression d'être seul au monde, perdu, sans recours


Et toi, comment te sens-tu ? Tu penses que tu es un gay hypersensible, ou tu voudrais le vérifier ? Est-ce que tu te reconnais dans les signes qui alarment sur la nécessité de consulter ?

Si tu veux être aidé, si tu veux en parler, et raccrocher toi aussi ton wagon au train de la vie, réserve ta première consultation en ligne et fais dès aujourd'hui ton premier pas vers un mieux être rapide et durable.




Posts similaires

Voir tout